Ravageurs vertébrés

Ragondins


Le ragondin, tout comme le rat musqué, est un animal aquatique invasif originaire d’Amérique, qui s’est très bien et vite acclimaté à nos régions tempérées, au point d’envahir les cours d’eau, chenaux et étangs. Ses populations, au développement exponentiel (absence de prédateurs naturels, un couple peut générer une population de 90 individus en l’espace de 2 ans), engendrent de nombreuses nuisances pour l’Homme et l’Environnement.

 

En effet, ce rongeur véhicule plusieurs zoonoses, maladies animales transmissibles à l’Homme et aux animaux domestiques, dont la leptospirose.  Plusieurs cas de cette maladie bactérienne, parfois mortelle, sont révélés chaque année en Bourgogne. Le risque sanitaire est donc réel, sachant que la contamination peut avoir lieu par un simple contact (si présence de plaie) avec de l’eau souillée par l’urine de l’animal. Chez les animaux d’élevage, elle provoque généralement des avortements et des troubles de la reproduction.

 

De plus, pour son habitation, le ragondin creuse des terriers dans les berges des cours d’eau ou des digues, ce qui a pour effet de provoquer des dégâts importants sur le réseau hydrographique, par les risques de fuite de lagunage, d’inondation, d’envasement des cours d’eau, d’effondrement des berges…

 

Par ailleurs, de par son régime alimentaire, au-delà des dégâts causés aux productions agricoles (maïs, colza, betteraves, potagers…), le ragondin peut également se retrouver à l’origine de la disparition de certains écosystèmes, perturbant ainsi l’équilibre biologique des milieux (roselières, frayères…) avec un impact direct sur certaines espèces (animales et végétales) endémiques de nos régions.

 

Pour toutes ces raisons, le ragondin est classé nuisible dans l’ensemble du territoire national.

 

Dans ce contexte, à la demande de syndicats de rivières, de collectivités territoriales ou de groupements de communes, la FREDON de Bourgogne est chargée de la mise en place et de la coordination de programmes de régulation, en créant et en assurant le suivi de réseaux de bénévoles (chasseurs, piégeurs agréés ou non, particuliers…) intervenant dans la lutte. Selon les programmes, l’activité de ces bénévoles peut faire l’objet d’indemnisations afin d’encourager la lutte.

 

Programmes de lutte en cours :

 

-          Bassin de la Vouge SBV (21)

-          Bassin de la Bourbince SIBVB (71)

-          Bassin du Beuvron SIABB (58)

-          Bassin du Serein SBS (21/89)

-          Bassin des Nièvres CCLNB (58)

-          GIDON de l’Ouanne (89)

-          GIDON de l’Avallonnais (89)

-           …

 

En négociation pour 2017 : Vrille – Nohain – Mazou / Pays Bourgogne Nivernaise (58)

 

Comment soutenir l’action ?

 

  • Promeneurs, usagers des cours d’eau, pêcheurs : respectez les pièges mis en place. Ils sont sélectifs et permettent de ne prélever que les espèces nuisibles.

     

Évitez le contact avec les animaux et les eaux stagnantes, afin de limiter les risques de contamination par la leptospirose.

 

  • Agriculteurs, propriétaires fonciers : accordez votre autorisation de destruction aux piégeurs et chasseurs et permettez-leur l’accès aux parcelles. Ils agissent dans votre intérêt.

     

  • Piégeurs, chasseurs, particuliers : contactez l’animateur de la FREDON Bourgogne pour savoir comment rejoindre le réseau de lutte, connaître la réglementation et les modalités de destruction.

 

 

Pour plus de renseignements : Clara NOILHAN

21 rue Jean-Baptiste Gambut 21200 BEAUNE

Tel : 03.80.25.95.45 / Port : 07.80.01.14.25 / mail : c-noilhan@fredon-bourgogne.com

 

Plan du site    Mentions légales